24/10/2011

Jogging Décathlon - Alleur

Après une bonne reprise d'entraînements, comment ne pas aller à cette course qui se déroule à la maison ? Une magnifique météo est proposée à 371 amoureux de la course à pied en ce dimanche. Un grand ciel azur, une bonne température et un soleil qui nous réchauffe !

J'ai eu le plaisir de croiser une vieille connaissance du football aux inscriptions. On effectuera une bonne partie de l'échauffement ensemble, comme au bon vieux temps. J'ai également croisé Pierre et Alexis (JCPMF).

Place au départ. J'ai opté pour le t-shirt. C'est en boulet de canon qu'on s'élance sur ce 10,3 km. Ma séance de vendredi dans les jambes est avalée, je suis motivé ! Passage par le ravel où j'ai l'habitude de m'entraîner, je peux opter pour une bonne foulée. On emprunte le chemin de terre qui longe le bassin à orage et c'est un collègue qui fait le signaleur un peu plus loin. On va entrer dans le parc philosophique.

J'ai demandé à ma Juju de s'y poster pour m'encourager mais je ne la vois pas. Mais si, la voilà, elle est à la sortie. La distance annoncée de 10,6 km est erronée. C'est, sans doute, du à des passages comme celui-i où personne (moi y compris) n'a respecté le chemin. On a coupé par les pelouses. Ci et là, on perd vite des mètres ! De retour sur la route, je  me ferai dépasser par un coureur dont sa tête me dit quelque chose. Il est souvent classé un "chouia" devant moi. Je décide de lui emboiter le pas.

Un autre joggeur va nous dépasser, me disant de le suivre. Trop rapide pour moi. Passage par le quartier de mon enfance comme au jogging de sports et défis. Le rythme est bon, le souffle aussi. J'espère ne pas avoir de point de côté cette fois-ci. Petit morceau de ravel pour rejoindre le quartier des fauvettes. Le ravitaillement est placé non loin de chez un ami. Par contre, il est "loin" des coureurs. En plein virage, que nous prenons à l'intérieur, sur le trottoir en rasant les haies, le ravito se trouve à l'opposé, complètement à l'extérieur. Je dis que c'est trop loin. Un autre coureur (benjpj) me dit qu'il est d'accord mais qu'on va peut-être le regretter dans 3 km. Cela ne sera pas le cas.

Direction l'espace vital. J'y croiserai ma Juju avec mon père qui la rejoint pour la dernière fois avant l'arrivée. Je commence à sentir mes jambes se durcir, tout compte fait le cross de vendredi a laissé des traces. En route vers le hombroux. Nous sommes un groupe de 5-6 depuis plusieurs km. certains essayent de s'en échapper mais sont vite repris. Nous arrivons dans le zoning et je sais que la fin est proche. Nous sommes à proximité du Mac Donald. Passage sous le pont et retour sur la route du départ. Un coureur essaye de me dépasser, ce qui me donne des ailes plutôt que prévu. On dépasse 2-3 personnes. Dans le tournant mon père m'annonce 39ème. Je donne ce qu'il me reste pour le finish.

34/371 en un très bon 38'20''. Proche d'un de mes meilleurs temps. Très content de cette journée. Une belle organisation avec des signaleurs à chaque coin de rue. Seul bémol : une bouteille d'eau à l'arrivée. Rien à manger. J'espérais pouvoir gouter un gel de récupération de Décathlon mais non. Dommage.

 

10:25 Écrit par Kevin Lardinois | Lien permanent | Commentaires (4) | CR de course |

Jogging Charlemagne - Jupille

Sans trop de convictions et d'ambitions, je prends le départ pour cette course. J'ai fait une bonne semaine d'entrainement mais j'ai peur quant à mes "capacités" du moment pour faire un jogging en mode course. Je viens aussi pour atteindre les 10 courses au CJPL. j'en suis à 8. Avec aujourd'hui et Alleur la semaine prochaine, l'objectif sera atteint.

Je décide néanmoins d'y aller. J'ai beaucoup aimé ce jogging l'an passé. Il offre de multiple plaisir : grimpette, descente, nature. À peine arriver, je croise Rhonny (qui fond à vue d'oeil enfin, la dernière fois que je t'ai vu c'était à Waremme et on voit un beau changement) avec qui je rejoins les inscriptions en parlant de choses et d'autres. Je croise les habitués des courses également.

C'est parti pour une petite mise en train. Les jambes me donnent de très bonnes sensations. Ca fait un bail que je n'en ai plus eu de pareil. Tout de suite je me dis que je vais le faire au maximum. Advienne que pourra.

GO! 262 amoureux de l'effort prennent le départ de ce 9,5 km. Je démarre en milieu de groupe et, pas fou, je démarre assez prudemment. On tourne aux alentours de l'école Charlemagne, je croise la Juju que j'ai placé sur le parcours. Je monte peu à peu le rythme et dépasse les candidats. Je pense qu'on approche des 2 km.

La difficulté du jour : l'ascension vers Fayenbois. On serpente dans les rues jusqu'au bois à proximité du Tennis. C'est une vraie belle côte qui nous est proposée là. Je sais que je dois y aller piano mais avec montre qui offre un simple chronométrage, difficile de savoir où je suis dans l'effort. On y va à la sensation. Je m'accroche à un groupe qui propose un bon tempo. Certains nous dépassent, d'autres craquent et on les dépasse. Tout va bien jusqu'au sommet où un léger mais bien présent point de côté fait son apparition.

On arrive dans le chemin boisé. J'essaye de garder le rythme malgré la douleur. Peu à peu je vois certains coureurs s'éloigner mais je garde le cap. On croise certains joggeurs avec d'autres dossards et qui emprunte un autre chemin que le notre. Une autre course ? Je me souviendrai un peu plus loin que c'est aujourd'hui que l'Ultra Tour de Liège a lieu (67km). Un grand bravo à tous les participants de cette course!

Je continue mon bonhomme de chemin. C'est moins dur à présent. Je sais qu'on va descendre. Je garde la distance avec un groupe devant moi. Arrivé dans la descente du diable (il me semble que c'est le nom qui lui a été donné en début de course au micro) je sens bien que derrière ça voudrait aller plus vite mais impossible de dépasser la personne devant moi, c'est bien trop étroit. De plus, je retrouve du punch dans ce chemin.

À la sortie, je sais que le parcours touche à sa fin. Il doit nous rester un bon km. J'augmente la cadence pour au moins ne plus me faire dépasser. Retour aux abords de l'école et je parviendrai à gagner quelques place jusqu'à l'arrivée.

Je termine ce 9,5 km en 40'40''. Je suis d'abord satisfait. C'est pas si mal avec le peu de km que j'ai dans les jambes depuis septembre. Mais vite arrive les comparaisons. Je sais que l'an dernier j'étais dans les 40' également mais les secondes ... après vérification, j'aurai mis 24'' de plus cette année. Je reste néanmoins satisfait de cette course de "reprise".

Sur le chemin du retour, je croiserai 4-5 participants de l'ultra tour. Vitre baissée, je leur exprime un maximum d'encouragements. Et ils en avaient besoin, ils avaient parcouru 40kms. Encore 27 ...

08:48 Écrit par Kevin Lardinois | Lien permanent | Commentaires (0) | CR de course |

05/09/2011

Triathlon promo d'Eupen

C'est un ciel grisonnant qui nous accueille à Eupen. Un ciel chargé de pluie. Je me gare où je peux, le long de la route. Direction le départ pour retirer le dossard, la puce et le reste. Après 300 mètres de montée, ne sachant pas combien il en reste, je fais demi tour pour aller chercher tout mon panier de « tri-athlète ». Bien m'en pris, le lieu de retrait n'était pas tout prêt et je me tracasse de monter cette côte à vélo. Belle et grosse animation au tour du centre. J'entre pour le retrait des documents, tout se déroule bien, du monde mais pas de file. Un beau bonnet qu'un t-shirt ainsi que des publicités, c'est ce que le sac contient. Ègalement : puce, dossard, ...

 

À ma sortie, il pleut et ce sera comme ça jusqu'à ce que je rentre chez moi ! En route vers le 1er point de dépôt : parc à chaussures. J'y dépose donc mes chaussures pour courir. Je les emballe tout de même dans le sac que j'ai reçu, histoire qu'elle ne soit pas gorgée d'eau lorsque je les chausserai.
En route vers le 2ème point de dépôt : le parc à vélo. J'abandonne ma moitié sur la route qui sert de toit au barrage où elle retrouvera sa sœur et notre beau-frère ainsi que Nina ! Très gros stress devant l'entrée du parc : mais ou est mon autocollant pour le vélo ? Je suis arrivé à la bourre, je cours, un peu de trop à mon avis ! Énorme chance : il est collé avec l'eau de pluie sur la paroi de ma caisse : ouf ! Sauvé. Je croise des vélos b-twin, ce qui me rassure à côté des machines de l'espace de certains (magnifiques!). Je croise mes collègues de tri qui ont l'air en forme. Le temps de tout déposer et on appelle déjà les candidats masculins au départ. Mince ! Je dois encore rendre mon porte-feuille à Juju. Me voilà sur la route, pieds nus en combinaison, en train de courir pour la trouver.

L'entrée dans l'eau se fait sans problème. Le temps de faire quelques mouvements, d'échanger quelques mots et de demander : c'est dans combien le départ ? Maintenant me répond-on ! 5-4-3-2-1 PAN ! Plus de monde que lors de mon 1er, on me passe dessus et je fais pareil. Ça se bouscule, ça tire mais c'est super. Le temps d'étirer le groupe et je peux passer en respiration bilatérale rapidement. Je n'ai pas la moindre idée de ma position. À ma sortie de l'eau, je regarde brièvement dans le lac. Difficile de se faire une opinion. Surtout que la sortie est en montée, que ça glisse et que c'est étroit ! Il vaut mieux regarder devant soi. Je suis content de cette partie natation : pas trop essoufflé et un bon sentiment tout de même. Je me jette au sol pour retirer ma seconde peau, j'enfile chaussette, maillot, casque et dossard et en route pour le vélo.

C'est parti pour 23 km. Je démarre vite. Je dépasse une bonne 10aine de personne en descente. On sera vite dans la montée où j'ai garé la voiture et là, c'est dur. Petit à petit, je me fais dépasser par 1 vélo, par 2 ... Dans les descentes, je suis plutôt bien. J'arrive à reprendre du terrain sur certains gars. Je vais croiser mes courageux fans qui sont sous la pluie. Je vais accrocher un gars pendant pas mal de temps. La partie vélo était vraiment coriace, pratiquement pas de plat, beaucoup de montées et descentes, des faux-plats ... Dans l'ensemble, je suis content. J'ai tout donné mais c'est encore une fois là que je perds du temps et des places. Je me débarrasse de mon vélo à la vitesse de l'éclair pour enfiler mes baskets. Encore un peu d'encouragements de la part de la famille. Mini-jojo a l'air trempée (Nina).

 

7 km de course, de quoi remonter du monde. J'en avale rapidement quelques uns mais je me fais dépasser par un coureur. Il a un bon rythme et je m'y accroche. La partie course commence dans des chemins à l'intérieur d'un bois. Plutôt agréable. Malheureusement, cela va vite se terminer pour laisser place à de longues routes plates et de faux plats. On continue de dépasser du monde. J'éprouve tout de même un sentiment de difficulté. Je suis fatigué, c'est normal mais je pensais, j'espérais pouvoir en donner un peu plus durant la partie course. Je finirais par dépasser un de mes collègues de tri (Jérôme). Sur la fin, on va descendre ce que l'on a monté mais ça s'étale sur une bien moins grande distance. Dans les dernières centaine de mètres on longe le barrage pour remonter en direction du parc à chaussures et de l'arrivée. Je sens que deux participants font le forcing derrière moi, je les entends même respirer. J'accélère, je donne tout. Pas question de me faire dépasser en course, surtout aussi prêt de la ligne d'arrivée. Dans ce sprint final, en montée qui plus est, nous avons encore gagné quelques places. La course à pied, tout comme le vélo, était vraiment difficile.
Je boucle ce triathlon promo (500 – 23 – 7) en un temps de 1h32'11''. La partie natation a durée 8'43'', 53'39'' de selle et 29'49'' de course.

Je me suis à nouveau bien amusé dans cette discipline malgré le mauvais temps. Il fallait être courageux pour participer et nous étions 316. Je termine 118ème. L'envie de recommencer est bien présente, ce sera certainement pour l'été 2012. Je me fixerai 1/4 comme objectif.

21:13 Écrit par Kevin Lardinois | Lien permanent | Commentaires (2) | CR de course |