17/04/2012

Marathon du lac d'Annecy

Le lac d'Annecy, Haute-Savoie, département de la fondue savoyarde, le 15 avril 2012.

L'avant-course

Le réveil sonne à l'aube pour un déjeuner en bonne et due forme. Je mentirais si je disais que c'était le meilleur moment de la journée.
La veille au soir, tentative de cuisson du Gatosport d'Overstim's avec le four à micro-ondes à l'aide de son option gril. Après 30', si la surface montre un léger gonflement,
cela ressemble à tout sauf à un cake. Changement de mode de cuisson et on arrive presque à un gâteau. Lendemain matin donc, 6h30, je vais manger ce gâteau. Je viens de sortir d'une
période de travaux assez longue et fatiguante et je pense que ce qui ressemblait le plus à mon cake c'est une chape de stabilisé. Immonde. Ce sera biscotte et confiture avec de l'eau.
Je jette un coup d'oeil par la fenêtre : il pleut. Ce temps ne nous quittera pas durant toute la course et même après.

Départ pour les bords du lac assez tôt dans l'espoir de trouver une place de parking. C'est tout de même quelques 3200 marathoniens qui sont attendus ou, comme moi, des marathoniens en devenir.
Voiture garée, direction le point de rendez-vous avec Orlando et Jean-Marie. Quelques photos plus tard, en marche pour les tentes. J'enlève ma seule couche inutile du jour : ma veste. 1.JPG
Ce sera en short et longue manche que j'effectuerai la distance. Tant bien que mal, on essaye de ne pas prendre froid. Je ne prends pas le risque de m'échauffer en longueur, j'ai bien assez de temps
et de kilomètres devant moi pour monter en température. Je prends place dans le box des 3h15 mais à l'extrême fin de celui-ci. Je préfère avoir un peu d'avance sur
les 3h30, et donc sur mon objectif, plutôt que de devoir m'y accrocher toute la course. Le départ va bientôt être donné. Je ne ressens pas trop le stress. J'ai confiance en ma prépa et en moi. Mention spéciale à Godspeed pour la prépa! Bonne merde à Orlando pour ses 3h00 et Jean-Marie pour ses 3h15.

 Pile à l'heure, on s'élance sur l'Avenue d'Albigny. Conseil bien noté :
- démarre doucement.
- un marathon, c'est 30 km et après tu peux accélérer s'il en reste.
- c'est ton 1er, ne te crame pas.
- boire à chaque ravito.


De 0 à 10 km

Je démarre donc piano, car qui va piano ... et de toute façon, je n'ai pas le choix. Chacun essaye de trouver sa place et il n'est pas vraiment possible de prendre sa vitesse
dans toute cette foule. Départ sur l'Avenue d'Albigny et petit tour dans les rues du centre pour étirer la masse avant de suivre le lac sur le ravel/piste cyclable. Je suis dans mes
pulsations assez rapidement et mes jambes comme mon corps me donnent de très bonnes sensations. Après 2km (9'50'') c'est parti pour la grande aventure. Je sais ce que c'est jusqu'au 30ème, après on verra. 100.jpg
On arrivera vite au 5ème km (22'20'') où je n'oublie pas de boire quelques gorgées d'eau. Ca discute pas mal au tour de moi. Les meneurs d'allure se sont fait qualifier de "piège à con". On en
reparlera au 35ème km. Un autre annonce son temps d'espérance. On est largement en avance sur ses prévisions. La piste entrecoupée par la route à certains endroits à permis aux courageux supporters
de venir nous encourager. Pas mal de joggeurs s'arrêtent contre un arbre pour y faire la petite commission. De ce côté, j'espère avoir fait la vidange comme il faut. Mention spéciale à Shamrock
pour son bon conseil et à JMJ de m'avoir amené ce même conseil! Aucun pépin de vidange durant toute la distance pour ma part. Superbe marquage kilométrique en parfait accord mon garmin, on arrive au 9ème km
 et je vais prendre mon 1er gel (Squeezy). Mon choix s'est porté sur ceux-ci car après les avoir testé à l'entrainement, je peux dire : facile à avaler car assez liquide et non pteux
comme ceux d'Overstims. 10ème km en vue et 2ème ravito toujours à l'eau plate. Si ma mémoire est bonne, nous sommes à Saint-Jorioz et une fanfare met l'ambiance sur place.

De 10 à 20 km

Vite le 15ème km, je dois y recevoir les encouragements de ma Juju. Le terrain de jeu est très plat depuis le début du parcours même si on est passé sous un pont 1 ou 2 fois. Certains ne manquent
pas de nous signaler que cette petite descente insignifiante, il faudra la remonter tout à l'heure. Je n'ai toujours croisé personne qui marche mais certains font demi tour et je me demande
toujours pourquoi ? Mes pulsations sont toujours au top et ma forme aussi. Passage dans un tunnel sous la montagne, enfin un endroit au sec! C'est à la sortie de ce dernier que je vais
croiser ma Juju. Tout va bien ? On ne peut mieux! Un peu plus loin, ravitaillement oblige mais je commence à prendre de la boisson énergétique. Toujours sur la piste cyclable, le chemin à
l'air d'être en légère pente et ça dure assez longtemps. Cela aura le mérite de me turlupiner quelque peu. On croisera les 1ers Ethiopiens et Kenyans, suivi d'un Marocain et un peu plus loin
du champion de France de marathon. Ce petit faux plat n'a absolument pas l'air de les gêner. Il faut reconnaitre, c'est impressionnant de voir une telle foulée après une, déjà, si
longue distance. Et c'est vite parti pour la petite boucle du jour au bout du lac. Tient, on change de département ? Il me semble lire au loin "département de l'Ain". Mais non, c'est pas possible,
on est passé là assez loin d'ici sur l'autoroute. En me rapprochant, je peux mieux lire "aéroport/département de l'air". Ma lucidité n'est plus trop au top. Qu'à cela ne tienne. Je vais avaler mon
2ème gel Squeezy. On aura bientôt le 4ème ravitaillement. Une dame est sur le bord de la route, mains aux genoux. C'est la première. Je l'encourage et elle tente de me répondre mais
cela se terminera par un effroyable bruit de vomissement. Aie, pour toi c'est loupé.

de 21 à 30 km

Je me souviens de mon passage au semi. Petit bip de contrôle pour vérifier si personne n'a fait un demi-tour ou une réelle tentative de triche. Je pense être passé en 1h40'/41'. C'est pas mal
mais nettement en retrait par rapport à Roselies. Ce n'est pas la même course. Calcul rapide, je suis sur des bases de 3h20 ou un peu plus, c'est tout bon. Petit coup de mou au niveau de l'ambiance dans
toute la boucle. Autant beaucoup de braves et courageux étaient sur les à côtés du ravel pour nous encourager, autant ici il n'y a pas un chat. Tout doucement, je me fais dépasser par de nombreuses
personnes. Soit mon rythme est en baisse, soit ils ont décidé de faire un 2ème semi plus rapide. Ne nous emballons pas, on est à peine plus loin que la moitié. Retour sur la piste et les encouragements
sont de retour. Croisement avec les autres coureurs. Bon sang, il y a vraiment énormément de monde. Le 25ème km pointe le bout de son nez et un petit cou de boisson énergétique pour la forme.
Le souffle et le coeur, au top. Les jambes, je sens qu'elles commencent à travailler. Mais tout roule. Pour ma part en tout cas. J'apperçois au loin, malheureusement pour lui, JMJ qui n'a pas l'air
au top. Ma spécialité, une petite gueulante de motivation. J'essayerais de l'entrainer dans ma course au moment de le dépasser mais, victime de crampes, il m'encouragera pour la suite. Méfiance
donc, nulle n'est à l'abris d'une défaillance. Et nous ne sommes qu'au 26ème km. Dans 3 km, je croiserais ma Juju encore une fois. Voilà un vélo couché qui fait office de camion balais avec le dernier
participant. Ouch, qu'il a dur. Excusez-moi de l'expression mais là, je dois bien le dire, il chie! J'aime autant pour lui que pour moi. J'espère qu'il aura terminé sa course mais ce sera au moral.
Concentrons-nous sur notre objectif. Personne au 29ème km et Juju n'est plus là. Elle a du reprendre le bateau, zut. Encore une gorgée de boisson énergétique au 30ème. Ma sortie la plus longue
m'a emmené jusqu'ici, maintenant l'entrainement doit payer.

de 30 à 38 km

Il faut bien l'avouer, les kilomètres du retour sont plus long ... 32 ... 33 ... je tente de mettre en application ce que j'ai lu un jour dans un Zatopek. Se dire que l'arrivée est à la fin du
km en cours. Cela ne marche pas avec moi. Voilà le drapeau des 3h30. Pardon Monsieur? Je me retourne et, en effet, les meneurs d'allure des 3h30 sont au taquet. De toute évidence, mon avance
a fondu comme neige au soleil. Bon, il faut maintenant ne pas se faire rattraper et pour cela les puls vont devoir grimper. Je tiendrais le cou tant bien que mal jusqu'au 35 ème km. Plus question
de se rater, c'est mon objectif que ce coureur a en étendard. On s'accroche. Un petit cou de boisson énergétique, ça va le faire. Problème, on est nombreux à s'accrocher au drapeau et je ne
parviens pas à saisir un gobelet. Zut. Voilà que le manche qui maintient la banderole casse et c'est passé à 10 cm de ma tête. Ouf. Je ne vais pas faire de vieux os ici. L'air de rien, on avance
d'un bon train dans ce groupe. 37ème km et je gobe mon dernier gel à savoir un coup de fouet. Ca passe mais c'est fort pâteux comme texture. Il faut bien le faire sortir du tube et je trouve que cela
coupe la respiration. Après avoir annoncé à un des 2 meneurs qu'il s'agit de mon 1er marathon, il me lance : si t'en a gardé sous la pédale, fonce c'est le moment. Il ne m'en faut pas plus.
Je sors du groupe au 38ème km.

de 38 à 42,195 km

Je suis seul. Enfin non. Je suis hors du peloton 3h30 et je peux profiter des applaudissements, encouragements et félicitations des supporters. Certains ont du se demander si j'allais bien en me
voyant mais s'il y a bien une chose que j'apprécie tout particulièrement faire sur une fin de course c'est m'auto-encourager. Je commence par me lancer des "allait" façon tennisman et cela passera,
par épisode, en monologue. De fait, on scande mon prénom avec insistance. Ca fait du bien.133.jpg
Je regarde derrière moi pour voir l'avance que j'ai pris. Ce n'est guère aussi conséquent que je ne
l'imaginais. Je dépasse énormément de monde sur cette dernière partie. On approche du port. C'est la fin, 40 ème km de franchi. Je me suis fait la réflexion plusieurs fois sur le parcours.
Une fois les 40 passés, les 2 derniers c'est du beurre. Grossière erreur. Enfin, tout est quand même super. Je flirte avec des puls proche de 85% et je me sens hyper bien si ce n'est mes jambes
qui sont comme une célèbre course, bouillonante. On arrive le long de l'embarcadère. Je rattrape un coureur qui, tout a fait frais le gars, se prend à mon jeu d'auto-encouragement. Un peu plus loin,
il me proposera même de faire un sprint sur le tapis rouge. Trop fort, je ne le suivrai pas jusqu'au bout. Juju, t'es là! Je suis au bout là. Petit coup d'oeil sur le chrono qui ne me laisse plus
que 2' pour finir dans les temps. Tapis rouge te voilà. Dernière accélération pour franchir cette belle ligne d'arrivée en 3h29'15''. Je lève les bras. Ca c'est cadeau.

L'après-course


Étrange sensation que la marche. Étrange tant la douleur est vive. Petit passage photo et direction la tente des buffets. Waw, jamais rien vu de tel. Je reçois un 1er sac avec eau, pomme et
 barre céréale. Après c'est le festin. J'en mets un peu dans ma bouche et un peu dans le sac. Pas trop, d'autres continuent d'arriver. Mais tou de même : fromage, saucisson, cake, pain d'épice,
banane, orange, raisin sec et autres fruits secs, chocolat, compote de fruit ... Bref arrêt pour trouver ma Juju dans la foule. Idiot. J'ai d'abord cru que mes pieds étaient scellés dans les boues
mais non. Dur, très dur de redémarrer. T-shirt souvenir avec chrono obtenu, direction la voiture. la journée est loin d'être finie. A 14h00, départ pour la Belgique afin d'être au top lundi matin
dans ma salle de gym. Heureusement, Juju a conduit une grosse partie du chemin.

16.JPG


Très heureux d'avoir parcouru l'entiereté de la distance sans marcher et en plus dans l'objectif temps fixé. Je n'ai qu'une envie en terminant ce CR : faire mieux l'an prochain. J'ai déjà une idée
de l'endroit. Très belle organisation que celle du marathon du lac d'Annecy, très professionnelle. Tout au long de la matinée, aucun bémol à souligner pour ma part. Vraiment un super moment, une
super course et déjà un super souvenir.

22:25 Écrit par Kevin Lardinois | Lien permanent | Commentaires (14) | Marathon |

Commentaires

Bravo Kevin pour ce premier Marathon ! Si je compte bien c'est du 4:57' au KM de moyenne !

Écrit par : Pierre Pirotte | 16/04/2012

Répondre à ce commentaire

Merci Pierre. Oui pour la moyenne. J'ai joué la carte de la sécurité et de la prudence pour ce 1er marathon, pas de folie. Mais je pense que je n'aurai pas pu faire beaucoup "mieux".

Écrit par : kevlar | 16/04/2012

Répondre à ce commentaire

Rien d'autre a dire que bravo... Je me réjouis de lire ton CR.

Écrit par : Rohnny | 17/04/2012

Répondre à ce commentaire

Et bien voilà une première expérience rondement menée ... J'espère que le petit conseil aura porté ses fruits et que tes intestins t'auront laissé en paix ! ;-)

Bienvenue dans la grande famille des marathoniens ... Maintenant, tu sais...

Écrit par : Shamrock | 18/04/2012

Répondre à ce commentaire

Super conseil en effet ;)

Écrit par : Kevlar | 18/04/2012

Magnifique CR et le coup du département de l'Ain représente bien dans quel état on se met lors de ses 42kms... Un gros bravo à toi pour cette splendide gestion pour un premier essai !!!

Écrit par : Le bob orange | 18/04/2012

Répondre à ce commentaire

Merci ;-)

Écrit par : Kevlar | 18/04/2012

Félicitations pour ce premier!
Bonne récup :)

Écrit par : Louga | 18/04/2012

Répondre à ce commentaire

J'ai re-commencé par aller travailler en vélo, ça fait du bien aux jambes ;) merci

Écrit par : Kevlar | 18/04/2012

Félicitation Kevin !!! ;-)
Ton premier marathon au bout, avec une bonne gestion, et un objectif chrono atteint !!
Chapeau !! ;-)
Et au fait, le prochain, ce sera ou? ;-)))))

Écrit par : Orlando | 18/04/2012

Répondre à ce commentaire

Sans doute à Paris, j'attends que tu me tuyautes ! Merci ;)

Écrit par : Kevlar | 18/04/2012

Bienvenue au club des marathoniens ! Avec un joli chrono pour couronner l'événement !
Malgré tes excellentes sensations durant ta prépa, tu as bien fait de la jouer prudente et de te limiter à l'objectif initial.
Tu as bâti là de sérieuses fondations pour améliorer tes performances futures sur marathon.
Pour la suite, je te réponds par e-mail ;)
Bonne récup !

Écrit par : Godspeed | 18/04/2012

Répondre à ce commentaire

Merci ;)
Mon choix se portera sans doute sur Paris pour 2013 si j'arrive à obtenir un dossard. Sinon, celui de Milan tombe à la même date que Paris, je pourrais me rabattre dessus.
Objectif 3h15, on ira les chercher ! :-D

Écrit par : Kevlar | 19/04/2012

Excellent!
Premier marathon "sans souci" (pas de crampes, mur des 30 kms et autres joyeusetés de ce genre comme on en lit dans 1 CR sur 2 à propos de marathon), en faisant un chrono fidèle à l'objectif de départ et avec plein de bons souvenirs apparemment! Que demander de plus???

Bravo!!!

Écrit par : Chacal | 19/04/2012

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.