02/06/2011

La corrida des remparts - Liège

Nous sommes lundi matin, je monte dans le car avec mes collègues et 36 loulous pour 3 jours de dépaysement à Wégimont. Dans la nuit de mardi à mercredi, quelques enfants sont sujets à des vomissements ... je n'y ai, malheureusement, pas échappé! Avec une nuit très courte (passe les détails), un déjeuner composé d'une miche et d'un verre d'eau et d'un repas midi composé de rien, j'abandonne l'idée de participer à la corrida le soir.

Nous sommes mercredi 13h00 et bonheur Juju vient me chercher, je peux m'effacer sous mes couvertures en nourrissant l'espoir qu'au réveil, ça ira mieux! Au même réveil, est-ce que l'envie a pris le dessus sur les symptômes ou est-ce tout simplement terminé, en tout cas je n'ai qu'un léger mal de tête. C'est parti pour la course. Oui mais dans quel état? Rien mangé de la journée et ce que j'ai mangé hier est resté à Wégimont. Il n'est pas trop tard (16h00) et je m'enfile 5-6 biscottes confitures, de l'eau, un Afébryl, de l'eau et de l'eau.

En route alors, je dépose ma Juju et les grands-parents en haut des coteaux, près de l'obélisque. C'est parti pour l'échauffement. Je vais aller jusqu'au hall retirer mon dossard en espérant ne pas être cuit là-bas. Descente des escaliers où je croise Kamille Ouaali. On discutera ensemble jusqu'au point de départ, belle rencontre sympathique. Mon rythme cardiaque est un peu haut mais bon, je suppose que c'est normal avec ma nuit.

Quel bonheur d'être pré-inscrits : personne à la table, pas de file! Alors que les pour les autres ça commencent presque dehors.

Le départ est un peu retardé, sans doute du au succès de la course (921 au départ : 764 pour le 10 et 157 pour le 5), j'ai l'occasion de parler avec Pierre du JCPMF et de croiser quelques têtes connues dont Bernard qui va un peu me tirer dans la course.

PAN ! C'est parti pour la course et l'élagage avant les coteaux. Traversée de la place, passage rue hors château et aperçu de la montagne de Bueren (pour ceux qui ne savaient pas à quel monstre ils allaient faire face). Gauche-gauche et on est en feronstrée. J'essaye de me placer tout en gardant un rythme à 180. Petit tour de la place du départ et la 1ère difficulté point le bout de son nez : les coteaux de la citadelle.

Bernard est au pied de ceux-ci et c'est parti pour l'ascension. Mes sensations sont supers, je dépasse bon nombre de coureurs et je me place dans un rythme cardiaque avoisinant les 195. OMG. je suis trop haut, je ne sais pas quand mais je vais exploser. J'ai de bonnes jambes, étonnement, je sors des coteaux plus motivés que jamais. Bernard me donne rendez-vous dans les escaliers.

Passage par le champ. On descend puis, bien entendu, on monte. L'air de rien, il y a quelques petites bosses très raides là-bas. Nous voilà sur le boulevard et ma troupe de supporter est là. Ca fait du bien d'avoir des encouragements. Gauche pour descendre quelques escaliers et droite pour remonter la rue Au péri. Traversée de très beau jardin pour rejoindre la rue Pierreuse. On descend mais on sait ce qui nous attend. Enfin, moi je le sais. Je me fais dépasser par quelques personnes qui passent comme des fusées.

BUEREN ! Bernard est là et c'est parti. Je suis dans un bon rythme. Après une dizaine de blocs, j'en ai déjà dépassé quelques-uns. Attention de ne pas aller trop vite. Bernard me dit qu'il y en a bien 200 devant moi et ça me fout un cou au moral ! Allé les supporters sont en haut! Je monte 1 par 1 jusqu'à la moitié et là j'ai un flash de Greg. C'est l'hiver, il est 21h00, -2°, 20 cm de neige. Dans les grosses bosses, mettre les mains sur les genoux, un peu plié, et pousser avec ses bras. Je monte donc les marches 2 par 2, je dépasse du monde, et j'ai beaucoup moins dur! Enfin, arrivé en haut je fais quand même pas le malin! Bonheur de voir les supporters m'encourager. Le plus dur c'est quand on tourne à droite et que ça monte toujours. On peut apercevoir les escaliers du monument. Comme si on en avait pas eu assez. Greg fait quelques mètres avec moi là-bas. Je regarde ma montre. OMG. 203. C'est presque le plafond ça. Ne regarde plus ta montre aujourd'hui me souffle-t-il.

Après les monuments, on joue le chrono, ça ne fait plus que descendre. J'essaye de récupérer bien que le souffle est bon. Passage en sens inverse dans le champ du début, j'arrive à en dépasser quelques-uns. On descend les coteaux. C'est très technique là-bas. Ca descend très fort, chemins avec pierres et racines. On arrive le long du chemin de fer et même si ça va encore légèrement monter, c'est la fin. Je donne ce qu'il reste pour terminer la course en 42'20'' et à la 59ème place.

Au final, je suis très content d'être venu. Parcours magnifique, beaucoup de monde tout au long du parcours, super temps. Bravo à tous pour la course!

 

08:14 Écrit par Kevin Lardinois | Lien permanent | Commentaires (4) | CR de course |

Commentaires

Très beau CR, félicitations à tous car cette course c'est "THE COURSE".
Je finis avec un temps de 46'46" et me place 143ème.

Écrit par : Gary | 02/06/2011

Répondre à ce commentaire

Super! Merci pour le lien ;-)

Écrit par : Kevlar | 02/06/2011

Répondre à ce commentaire

Une fois de plus Bravo Kevin.
Rohnny

Écrit par : Rohnny | 03/06/2011

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.